Ronda

Ronda Properties

Quand un poète de la stature de Rainer Maria Rilke, avec une telle maîtrise des mots, définissait Ronda comme la « ville rêvée », il avait ses raisons. Nul doute qu’après y être allé, tout voyageur confirmera le jugement du poète, et sera encore plus d’accord avec lui s’il s’éloigne de Ronda et s’en souvient comme d’un rêve au lieu d’un endroit qu’il a réellement foulé.

Un visiteur, lors de son premier voyage dans cette ville, l’approchera avec en tête des images de cartes postales de quelques-uns de ses monuments, de ses paysages ou de certains des nombreux coins isolés caractéristiques qu’elle a à offrir, mais rien de tout cela ne servira de référence ou ne sera facilement reconnaissable parce que la réalité qu’il y découvrira est très différente. Ronda appartient à ce groupe sélect de villes qui ne peuvent être comparées qu’ à elles-mêmes, sans possibilité d’imitation ou de ressemblance avec les autres. C’est quelque chose que le voyageur peut prouver à lui-même au moment où il entre dans le quartier historique et voit apparaître devant lui l’éblouissant paysage et l’architecture, imprégné d’histoire et de légende qui brouillent la frontière entre réalité et fantaisie, mais qui affirme avec éclat le caractère unique de Ronda.

La ville est située sur un plateau à environ 750 mètres au-dessus du niveau de la mer et semble être divisée en deux zones par le fameux « Tajo de Ronda » (Ronda Cliff), une gorge de 100 mètres de profondeur et d’environ 500 mètres de long avec la rivière Guadalevin qui y coule tout le long. La partie occidentale de ce plateau forme une zone de falaises semblable à celle qui forme le Tajo lui-même. A partir de là, s’étend un vaste paysage rural jusqu’aux montagnes qui forment les hautes terres qui donnent son nom à la région.

Ronda Properties

Les peintures de la grotte de La Pileta à Benaojan témoignent que les environs de Ronda ont été habités au moins depuis la période paléolithique, et les vestiges trouvés dans certaines fouilles de la ville de Ronda montrent qu’il y avait des établissements humains dans la période néolithique. C’est l’historien Pline, cependant, qui l’a replacé dans un cadre historique lorsque dans ses écrits, il se référait à La Arunda au sixième siècle avant J. -C. qui a été habitée par celtes autochtones, tout en identifiant les ibériques comme étant les fondateurs de la ville voisine d’Acinipo.

Les Phéniciens, les Grecs, les Carthaginois et les Romains s’établiront successivement, pour des périodes variables, dans cette région. Les Romains l’appelèrent Laurus et érigèrent le Castillo del Laurel (château de Maurel, qui n’existe plus), d’où ils gardèrent en respect les tribus celtibères guerrières. La ville d’Acinipo plutôt que Ronda était plus important à cette époque, en effet, elle seule pouvait frapper sa monnaie.

Après la désintégration de l’Empire romain, Ronda et Acinipo furent témoins des invasions germaniques, et cette dernière fut même occupée par les Byzantins, qui l’abandonnèrent définitivement au septième siècle lorsque les Wisigoths entrèrent à Ronda. La ville commença à acquérir une certaine importance politique et économique avec l’arrivée des Arabes, qui la rebaptisèrent Izna Rand Ond

Ronda Properties

Á la fin du IXe siècle et au début du Xe siècle, l’ensemble des hauts-plateaux et surtout sa capitale ont intensément pris part à l’insurrection dirigée de Bobastro (Ardales) par Omar Ben Hafsun contre le califat de Cordoue. Plus tard, vers la première moitié du XIe siècle après la chute du califat de Cordoue, les Berbères firent de Ronda un royaume de Taifas, sous lequel la ville connaîtra une grande croissance urbaine.

La ville a perdu son indépendance en 1066 lorsqu’elle a été placée sous le règne de Séville. A partir de cette date et pendant près de 400 ans, Ronda sera dominée par différentes tribus nord-africaines et finalement par les Nazarites de Grenade. Pendant cette période, Ronda connue successivement des périodes de croissance et de prospérité, de stagnation et même de régression. Les troupes chrétiennes entrèrent dans la ville en 1485.

Ronda Properties

La coexistence pacifique entre musulmans et chrétiens n’ a pas duré très longtemps. La rébellion mauresque éclata et fut particulièrement violente dans les hautes terres Avant de s’achever en 1609 avec l’expulsion de tous les musulmans. Comme dans toute ville de Malaga, une époque de décadence s’abattit sur Ronda jusqu’au XVIIIe siècle environ, lorsque la ville s’étendit dans le quartier Mercadillo avec la construction du Puente Nuevo (Nouveau Pont) et la célèbre Plaza de Toros (Bullring).

Les troupes françaises sous le commandement direct de Joseph Bonaparte entrent à Ronda en 1810, ce qui déclenche un mouvement de guérilla inhabituel dans les plateaux. Ce mouvement est resté en vie même après l’abandon de la ville par l’armée napoléonienne en 1812, bien qu’il soit à l’origine issu des plus célèbres bandits célèbres de toute l’Espagne du XIXe siècle qui ont donné lieu à tant de légendes et d’histoires.

Avec l’ouverture du chemin de fer en 1891 et la construction de plusieurs routes, Ronda entre dans le XXe siècle avec un niveau remarquable de développement socio-économique. En 1918, cette ville a été choisie pour le Congrès Andalou à l’insistance de Blas Infante de Malaga, considéré comme le père de la « Patria Andaluza » (mouvement andalou de la patrie).

57 Propriétés