Coín

Coín Properties

Le territoire communal de Coin s’étend depuis les hauteurs considérables de la chaîne des Alpujata, l’un des massifs montagneux qui sépare l’intérieur de la province de la côte ouest, jusqu’au centre de la vallée du Guadalhorce. Cette descente est douce, mais il y a de forts contrastes à voir, non seulement dans les contours changeants de la terre, mais aussi dans les types de cultures et de végétation. Ainsi, alors que les pins et les chênes-lièges abondent dans les montagnes, le paysage des basses altitudes est dominé par les vergers et les jardins et, près de la rivière Guadalhorce, de larges étendues d’agrumes et même de cultures subtropicales font leur apparition.

Avec un climat tempéré, un terrain favorable et une abondance d’eau des rivières Pereilas et Grande, affluents du Guadalhorce, qui le traversent, il n’est pas étrange que les premières traces de colonies humaines soient apparues pendant la période paléolithique. Le site était connu sous le nom de « Taller », ou atelier de matériaux ardéniens meublés pour la fabrication d’outils durant cette période préhistorique, tandis que des sites remarquables de l’âge des métaux se trouvent dans le Cerro Carranque et le Llano de la Virgen, qui a été désigné « Bien de Interés Cultural » (propriété d’intérêt culturel).

Un autre site archéologique, le Cerro del Aljibe, fournit la preuve du passage des Grecs, Phéniciens, Ibères et Romains à travers cette zone, et des sites funéraires datant de l’époque wisigothique ont été découverts à Cerro de las Calaveras. Tout cela indique que la commune de Coín a été occupée en permanence depuis des temps très reculés jusqu’ à nos jours.

La fondation actuelle de Coin datait cependant de l’époque musulmane. Selon le chroniqueur d’Abderraman III, l’ancienne colonie romaine a été fortifiée en 920 par un personnage de haut rang de Cordoue nommé Dakwan (Coín). Dakwan jouera un rôle très important dans les campagnes d’Abderraman III contre le rebelle Muladi Omar Ben Hafsun jusqu’en 928, l’année del chute de Bobastro, le quartier général d’Omar Ben Hafsun.

Coín Properties

Trois siècles plus tard, l’historien marocain Ibn Adhari surnommait Coín, Castro Dakwan (forteresse de Dakwan), ce qui a donné lieu à des conjectures selon lesquelles l’origine du nom de la ville serait romaine ou au moins mozarabe, compte tenu notamment de l’existence d’une basilique troglodyte mozarabe près du village, ce qui indique l’existence d’une telle communauté antérieure à l’arrivée de l’armée d’Abderraman III. Pendant la période musulmane, l’agriculture s’est particulièrement développée dans cette commune et, comme dans d’autres localités andalouses, une partie des infrastructures d’irrigation est encore préservée. Vers 1480, c’était une ville du royaume nazarite de taille moyenne, avec quelque 3 000 habitants. Il ne faut pas oublier qu’ à cette époque, Malaga comptait quelque 20 000 âmes et Grenade environ 50 000.

La ville tomba aux mains des troupes chrétiennes en 1485, un fait qui se reflète dans la maçonnerie de la salle du chœur de la cathédrale de Tolède. Par la suite, le Roi catholique ordonna immédiatement la démolition de la forteresse car, en raison de sa taille, il était trop coûteux d’ y maintenir une garnison suffisante pour sa défense. Deux ans après la conquête, l’endroit fut repeuplé et les terres distribuées, et, dès le début du XVIe siècle, le village connut une augmentation constante de la population. Certains écrivains estiment que Coín a eu l’honneur de recevoir la visite du grand écrivain Miguel de Cervantes en 1594, alors qu’il travaillait comme percepteur d’impôts pour la Couronne.

Il y avait 700 vergers et jardins maraîchers en 1773, dans lesquels on cultivait toutes sortes de fruits et légumes. La campagne produisait du blé, du maïs, de l’huile d’olive, de l’orge, du chanvre, des figues, du miel, de la soie, etc. et comptait également 14 moulins à huile et 20 moulins à farine, à une époque où la population n’était que de 1 800 habitants. Au XXe siècle, Coín entre dans l’ère moderne avec l’ouverture du chemin de fer (aujourd’hui disparu) qui relie la localité à la ville de Malaga (1913) et, en 1930, Alphonse XIII lui accorde le statut de Ciudad (Ville) et son Hôtel de Ville le droit à l’appellation « Excellent ».

422 Propriétés
422 propriétés trouvées