Alhaurín de la Torre

A la différence de son tout aussi vénérable voisin: Alhaurín el Grande, qui a su préserver et même vanter modestement son héritage romain et mauresque, Alhaurín de la Torre s’est efforcé de cacher son passé avec une telle efficacité qu’il est aujourd’hui presque impossible de le trouver. Même el tour qui a donné son nom à la ville a maintenant disparu depuis longtemps.

Alhaurín de la TorrePour l’instant, la ville est encore située parmi de grandes plantations d’agrumes et d’avocats, mais au fur et à mesure qu’elle continue de grandir, et que les terres se raréfient et deviennent de plus en plus précieuses, il se peut que beaucoup d’entre elles disparaissent.

Cela dit, il y a néanmoins de l’histoire à trouver si un visiteur est assez assidu, bien que ce soit surtout dans les banlieues périphériques comme La Alquería et Cortijo Molina. Sachant peut-être que le temps est son pire ennemi, la mairie (« ayuntamiento »), a dressé une liste exhaustive de sites archéologiques, la « Carta Arqueológica ». Cela comprend de nombreux sites qui n’avaient pas été enregistrés auparavant et qui ne sont pas protégés par des ordonnances de préservation. Il est évident que ce sont eux qui sont les plus menacés par les bulldozers des promoteurs.

Alhaurín de la TorreLa Alquería était autrefois ville à part entière, commençant en tant qu’ un fort de colline ibérique le 3ème siècle Avant J-C et florissant pendant un certain temps sous les Romains, avant de s’essouffler autour de L’an 200. Néanmoins, il reste encore des vestiges de maçonnerie romaine dans la région, bien que beaucoup d’entre eux se trouvent maintenant sur des terres privées et hors de portée.

La plus grande attraction pour les visiteurs d’Alhaurín de la Torre est sans aucun doute le jardin d’El Retiro. Fondé au 17ème siècle par Frère Alonso de Santo Tomás, évêque de Malaga, et utilisé à l’origine par lui comme maison de retraite (d’où le nom d’El Retiro), les jardins présentent une variété impressionnante de faune et de floré sauvage. Chaque section tente de recréer l’habitat naturel des créatures qui y habitent, du semi-désert aux marécages tropicaux. Le manoir en son centre a également été restauré de manière impressionnante.

Une visite à El Retiro suffit pour que même le visiteur le plus blasé oublie la frénésie l’extérieur ses murs et pardonne à Alhaurín de la Torre la plupart de ses péchés les plus terrible.

210 Propriétés